HAMARAH.com


Archives pour ce mois » 2004 » septembre

L’Ecume d’un songe

L’écume d’un songe : ces longs cheveux noirs, qui coulaient comme de l’eau et comme un poison, qui coulaient sur sa robe blanche, sur ses épaules dorées, qui me cachaient sa nuque et souvent son visage. Ces cheveux saisis par mon poing, ma main sur l’oreiller, l’autre pinçant sa hanche, nos nuits, nos jours et nos mots d’amour.

Ne demeure bientôt plus que l’écume du songe.

→ Lire la suite...

Le Bossu

J’ai vu partout la même étincelle dans les yeux des hommes. Ils contemplaient la femme qu’ils aimaient, chacun, et un feu les brûlait. Cela m’a rempli d’une joie simple et tranquille. C’était jadis, quand le monde était jeune.

Depuis, les hommes ont changé.

→ Lire la suite...

Grande mon amertume

J’ai mis la main de ma mère dans la main de mon père. Je leur ai dit : faites la paix, oubliez vos querelles. Mais ils se sont battus comme des chiens.

J’ai voyagé avec la mort. Vêtue de voiles, de brumes et de peines, la dame m’a séduit. J’ai glissé, glissé…

→ Lire la suite...