HAMARAH.com

11  05 2012

Recentrage

HAMARAH.comComme promis, voici un petit point sur le devenir du site Hamarah.com et sur les travaux en cours…

Au moment de passer à la version 4 du site, il est temps de redéfinir quelles sont ses objectifs.

Jadis, au temps de la version 1, ce site ne s’appelait même pas encore comme ça, mais il avait déjà pour vocation de publier les textes de la série intitulée Chants, avec en prime les premiers Interludes.

Puis est venue la version 2, avec quelques autres séries (3PC par exemple) et une floppée de jeux plus ou moins créatifs (Logorallyes, Charades…) : les publications avaient alors moins d’importance que le formidable réseau d’échanges qui était en train de naître.

Mais le coup d’arrêt qui a suivi a renvoyé le site dans l’oubli. Dont il est sorti avec la version 3, abandonnant les jeux pour se consacrer à la publication de flâneries internetiennes et de quelques textes, encore.

Nouveau coup d’arrêt, histoire d’achever de décourager les derniers visiteurs habitués de cette adresse, et nous voici à la version 4…

Pour cette nouvelle version du site, notre but est de le recentrer sur les publications. Les « Flâneries » n’occuperont plus qu’une place secondaire, dans la barre latérale (en haut à droite), tandis que les textes littéraires et autres objets créatifs se tailleront la part du lion. De plus, la une du site changera d’allure et d’organisation.

Cependant, ce ne sera pas une révolution. Même si le texte est écrit plus gros et que nous effectuons diverses améliorations, l’allure générale de Hamarah.com restera la même.

Merci de nous accorder le bénéfice de votre indulgence pendant la durée des travaux.


10  05 2012

Avant l’avalanche

Instantanés, par Matthieu RiallandCet instant béni où, sans même avoir encore ouvert les yeux, on émerge du sommeil avec une confiance, un espoir, une certitude, une résolution tout neufs. Puis se déclenche l’avalanche. La réalité.


06 2011

Parce que notre cause est juste

Chants, par Matthieu RiallandEt l’or, et les joyaux, et les femmes offertes du roi d’Abyssinie nous sont promis. Parce que nous sommes les plus forts. Parce que nous sommes les meilleurs. Parce que notre cause est juste.

Tant et tant des nôtres sont tombés. Tant et tant de souffrances nous avons traversées. Tant et tant de cauchemards nous avons conjurés.

Et l’ambre, et les bijoux, et les femmes sauvages du roi d’Hibernie nous sont promis. Parce que nous sommes ce que nous sommes. Parce que notre cause est juste.

Tant et tant de blessures mal guéries. Tant et tant de batailles livrées. Tant et tant de combats indécis.

Et l’huile, et les épices, et les femmes soumises du roi des Indes nous sont promis. Parce que notre cause est juste. Parce que nous sommes venus.

Tant et tant de ruines fumantes. Tant et tant de cadavres putréfiés. Tant et tant d’idoles renversées.

Et le jade, et l’émeraude, et les femmes entravées de l’Inca nous sont promis. Parce que nous sommes venus. Parce que nos armes parlent pour nous.

Tant et tant de massacres. Tant et tant de supplices. Tant et tant de prières exaucées.

Et la terre, et les eaux, et des femmes asservies nous sont promises. Parce que nos armes. Parce que notre roi. Parce que notre Dieu.


27  05 2011

Un Morceau de pain sec

InstantanésLa petite fille approche, doucement, tout doucement, un morceau de pain sec des naseaux frémissants de la biche. L’animal, frémissant, l’observe. Son immobilité cache la crainte d’être pris, la peur du piège, l’instinct de fuite qui bien plus fort que l’appât rugit au fond de lui. Doucement, tout doucement la petite fille approche. Elle est tout près. La bête tremble. La petite fille tend le bras aussi loin que possible, retire ses doigts aussi loin que possible. Elle craint d’être mordue, mais espère tant et tant de cette rencontre. Doucement. Encore. Plus près. Tout doucement. La proie devant le prédateur. L’enfant devant un rêve. Plus près encore. Puis la biche tend le cou, tend les lèvres, vainc sa peur et mord dans le pain dur. La fillette sourit. La fillette bat des mains, crie de ravissement. En un instant, la biche a reculé. En trois bonds, comme l’éclair. Et la petite reste là, désolée, déçue, victime d’un charme rompu en un demi-instant. Le morceau de pain dur tombe dans la poussière.


27  05 2011

Le Lion qui voulait aller en Amérique

Interludes, par différents auteursIl était une fois un lion, qui vivait en Afrique et, entre les repas que lui fournissaient ses lionnes et des siestes aussi répétées que lassantes à la fin, qui s’ennuyait furieusement.

Or, ce lion – appelons-le Gaspard – avait vu un soir, sur l’écran de la télévision d’un fermier sur la ferme duquel il aimait bien aller flâner de temps à autre au cas où ledit fermier aurait oublié de rentrer un mouton ou deux, un pays fort distrayant, où les maisons s’élevaient à des hauteurs vertigineuses et où les gens roulaient dans des voitures très différentes du taxi-brousse qu’il avait une fois ou deux vu passer à travers la savane. Bref, Gaspard aurait bien aimé aller faire un tour aux Etats-Unis, ce qui ne manquerait pas de le distraire.

→ Lire la suite…


27  05 2011

Une demi-résurrection

HAMARAH.comUne nouvelle fois, tel un oiseau que je connais comme vous, Hamarah.com s’apprête à renaître de ses cendres. Oui, vous lisez bien. Le capitaine du navire, qu’on voyait depuis quelques mois ramer dans son canot de sauvetage, attendant à bonne distance, résigné, que le rafiot sombre, a décidé de remonter à bord. Et, après inspection, il semble que finalement les voies d’eau ne soient pas si terribles et que le bateau soit encore capable de rallier le prochain port…

Ainsi va la vie (d’un site web mené avec autant de légèreté, s’entend).

Nous voici donc revenus, pour une quatrième époque. En espérant qu’elle sera plus prolifique et plus durablement active que les précédentes.

Le site connaîtra quelques changements dans son contenu, son organisation et son apparence au cours des semaines qui viennent. On en reparlera – au fur et à mesure.

Mais, histoire de vous faire patienter, voici déjà deux nouvelles publications, seize mois après la dernière : Le Lion qui voulait aller en Amérique prend place parmi les Interludes et Un morceau de pain sec dans la nouvelle série Instantanés. Bonne lecture… (Et si vous appréciez / détestez ça, n’hésitez pas à poster un commentaire pour le dire.)


01 2010

Bonne année 2010

Slate.com

Pour ceux qui ne décodent pas l’anglais (petite traduction maison sans aucune garantie) :

Le cadeau hi-tech du futur que vous devez avoir…

- Regardez ! Pas d’écran, pas de téléchargement, pas de boutons, pas de piles ! Vous faites juste glisser ces trucs… appelés « pages ».

- Extra !

Comme quoi, l’avenir est déjà là. Bonne année à tous.

(Source : Slate.com)


24  12 2009

Cahin-caha

Je vous avais prévenus : je n’ai plus tellement de temps à consacrer à HAMARAH ces temps-ci. J’ai beau avoir le souci de ne pas laisser le site dépérir, je suis dans l’impossibilité de faire mieux pour l’instant. Je présente donc mes plus plates excuses à ceux d’entre vous qui aimeraient voir ici des mises à jour régulières et néanmoins fréquentes…

Juste une question d’organisation ? C’est juste. Mais avec un temps limité et une part de cerveau disponible tout aussi limitée, je me demande même où je vais pouvoir trouver les ressources pour organiser le bastringue et lui donner un second souffle. Ce qui brosse un tableau plutôt pessimiste de la situation.

Cependant, j’ai des projets pour HAMARAH. Je ne sais ni quand, ni comment je pourrai leur donner forme, mais j’ai envie de faire évoluer ce site. Depuis qu’il est réapparu sous forme de blog (après la désormais fameuse interruption italo-piratienne), j’ai mélangé sur le site les textes littéraires et les « flâneries » au fil du web. Un peu trop mélangé peut-être. J’envisage donc de modifier l’organisation du contenu pour séparer les deux. Les textes en sont la part la plus intéressante, et ils ne sont pas suffisamment mis en valeur, tandis que les brèves faciles à propos des sites qui ont attiré mon attention prennent presque toute la place. Je voudrais faire l’inverse.

Entre la première version du site et l’actuelle, j’ai aussi abandonné la partie jeux, qui pourtant en intéresait plus d’un. C’était peut-être une erreur, même si la manoeuvre était commandée par le temps que me coûtait ce mode d’animation. J’ai bien fait (relativement) récemment une nouvelle tentative, avec La Forge des âmes, mais vous avez comme moi constaté le plantage qui s’en est suivi. Recréer une ambiance ludique sur HAMARAH fait également partie de mes projets. Je vous en dirai davantage quand j’aurai avancé là-dessus. Et je compte un peu sur vous pour me dire ce que vous en pensez.

Et en attendant, pourquoi pas vous souhaiter un joyeux Noël ?

OK, je le fais : joyeux Noël à tous, avec un max de boules et de guirlandes. Et pas de sapin au bout de la nuit.


10 2009

Prisonnier

Chants, par Matthieu RiallandEs-tu un monstre, toi aussi ?

Prisonnier comme nous de cette cage immonde ?

Tu es nouveau parmi nous. Tu cries trop. Tu vocifères. Tu gesticules. Tu crois encore pouvoir changer les choses.

Le roc est roc depuis la nuit des temps. Et roc il demeurera.

Tes espois sont vains. La cage est solide, et ses gardiens nombreux. Les évasions sont rares, tu sais, et elles se terminent mal.

Tu es un monstre, toi aussi, prisonnier comme nous. Ces mâchoires d’acier qui te meurtrissent les chairs sont là pour t’en donner conscience. Le piège est là pour toi, pour nous, pour le monde entier et tous ceux qui doutent.

Les hommes sont des hommes depuis la nuit des temps. Et hommes ils demeureront.

Crois les plus anciens parmi nous. Ils sont sages. Ils ont cessé de vociférer. Ils ne croient plus pouvoir changer ce qu’ils sont.

Tes espoirs sont vains. Accepte plutôt ton sort. Rares sont ceux quite regarderont, car ils préfèrent détourner les yeux. Plus rares encore ceux qui t’écouteront. Quant à ceux qui te comprendront…

Le monstre est monstre, devenu tel dans la nuit du monde. Et monstre il demeurera, dans celle des hommes.


10 2009

Economie de moyens

HAMARAH.comPlus d’un mois sans nouveautés sur HAMARAH.com. C’est vrai, je dois m’en excuser.

Il n’empêche que j’avais raison, en vous prévenant de mon changement de situation. Du fait de mon tout nouveau manque de temps, je dois adapter le fonctionnement du site. Mot d’ordre : économie de moyens.

Ce qui veut dire que vous verrez certainement se produire des événements inhabituels, dans les semaines qui viennent. Parce que je vais revoir la façon dont WordPress gère l’affichage du contenu du site. Ce sera la version 3.0 de HAMARAH.com.


Page suivante »